Validation du Rapport de l’Etude pour l’Elaboration d'un Programme National et d'un Plan d'Action pour lutter contre la Radicalisation des Jeunes

21 déc. 2016

Vue des travaux de groupes pendant l'atelier

L’atelier de validation du Rapport de l’Etude pour l’Elaboration d'un Programme National et d'un Plan d'Action pour lutter contre la Radicalisation des Jeunes s’est déroulé le 20 décembre 2016 à Nouakchott. Ont participé à cet atelier une soixantaine d’acteurs dont des associations de jeunes, des personnes ressources des Ministères de la Jeunesse et des Sports et de celui des Affaires Islamiques et à l’Enseignement Originel et du PNUD.

Le Coordonnateur du projet, le président du Réseau Régional des Associations de Jeunesse et des jeune filles membres du même réseau ont également pris part à cette importante activité. Toutes les Wilayas impliquées dans le projet (Gorgol, Brakna, Trarza, Guidimakha, Tagant, Nouakchott Nord, Nouakchott Ouest, Nouakchott Sud) ont été représentées à l’atelier.

Au cours des échanges de mots durant la cérémonie d’ouverture de l’atelier, le Secrétaire général du Ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS), M. Mohamed Ould Vall Ould Abdi et le représentant du PNUD, M. Fah Brahim Jiddou, Leader Thématique Gouvernance au PNUD, ont tour à tour souligné les menaces qui pèsent sur les pays sahéliens qui doivent relever le défi d'une radicalisation et d'un terrorisme de plus en plus importants.  Ils ont aussi rappelé que les pouvoirs publics mauritaniens sont conscients de ces défis, ce qui s’est traduit par l’adoption d’une Stratégie Nationale pour la Jeunesse et les Sports 2015 – 2020. Cette stratégie vise à promouvoir la jeunesse et à améliorer son attachement aux valeurs nationales et le projet "Lutte contre la radicalisation des jeunes et la promotion de la citoyenneté en Mauritanie", financé par le Japon et mis en œuvre par le MJS en partenariat avec le PNUD, est l'un des premiers projets à venir en appui à la nouvelle stratégie du gouvernement pour la jeunesse, a rappelé le représentant du PNUD.  Quant au secrétaire général, il a souligné qu'il est vital de focaliser l'action sur la prévention du fléau majeur que constitue le terrorisme et il a enfin remerciée le PNUD ainsi que le Gouvernement du Japon pour la mise en place de ce projet stratégique et pertinent.

L’objectif de l’atelier est de partager le programme national et un plan d'action destinés à mieux lutter contre la radicalisation des jeunes au niveau national et de les valider.  L’atelier a permis de prendre en compte les avis et commentaires des participants à travers deux réunions plénières qui ont respectivement suivi l’exposé de l’expert, chef de mission de l’équipe qui a préparé l’étude, et les travaux des deux groupes qui ont planché sur les 7 principales composantes du programme et du plan d’action, à savoir : (i) l’intensification des efforts de prévention ciblés de lutte contre la radicalisation des jeunes ; (ii) la communication pour la lutte contre la radicalisation ; (iii) l’appui à l’insertion économique et sociale des jeunes vulnérables et aux jeunes déréalisés ; (iv) le développement des actions de prévention et de contrôle de la radicalisation en milieu scolaire ; (v) la valorisation des ressources de la mahadra (école coranique traditionnelle) pour lutter contre la radicalisation des jeunes ; (vi) la densification des dispositifs de prévention et de prise en charge de la radicalisation en milieu carcéral et (vii) le renforcement des capacités institutionnelles.

A l’issue des débats fructueux qui ont suivi les plénières et les travaux de groupes de l’atelier, plusieurs recommandations importantes dont notamment la prise en compte de la dimension genre dans la lutte contre l’extrémisme et la collecte et mise en valeur de témoignages d’anciens radicalisés, ont été faites par les participants qui ont tous exprimé leur satisfaction pour la qualité de l’étude présentée ainsi que le niveau des échanges. Ils ont ensuite validé l’étude, ce qui va permettre de commencer à implémenter le programme national et le plan d'action pour lutter contre la radicalisation des jeunes, à travers une démarche participative et inclusive de toutes les parties prenantes.