A propos de la Mauritanie

Introduction

Artisanat MauritanienArtisan Mauritanien dans son atelier à Kiffa. crédit Bousseiry

 

Située au Nord-Ouest de l’Afrique et pays charnière entre le Monde arabe et l’Afrique au Sud du Sahara, la  Mauritanie  est un pays vaste (1 030 000 Km2), désertique et peu peuplé ( un peu plus de 3 millions d’habitants) qui fait partie des PMA (Pays les Moins avancés). 

 

Elle est indépendante depuis le 28 novembre 1960. Les principales ressources nationales du pays proviennent du commerce‚ du secteur minier et de la pêche et plus recemment du pétrole.

Histoire

 

Le processus de colonisation de l’espace mauritanien débute au 19ème siècle. Parmi les noms restés célèbres lors de cette conquête, figure celui de Copolani qui sera tué à Tidjikdja par un groupe dirigé par Mohamed Lemine Ould Moulaye Zein. 

 

Installés au Sénégal, les Français profitent alors des conflits entre les émirats pour les soumettre et ainsi réaliser l’unité de l’Empire français entre l’Algérie et l’Afrique Occidentale Française.

 

Entre 1902 et 1934, la Mauritanie est complétement conquise par l'armée coloniale française.  En 1920, elle est distinguée comme entité dans le cadre de l'Afrique Occidentale Française, et toute référence au Maroc ou au Soudan disparait.

 

La Mauritanie participera alors aux élections législatives de 1946 qui verront la victoire de Horma Ould Babana. Celui sera remplacé par  Sidi El Moktar N’Diaye qui siègera à l’Assemblée française de 1951 à 1959

 

Au niveau politique,la Mauritanie a connu une certaine instabilité depuis le  coup d'Etat de juillet 1978 qui a renversé son premier Président Moktar Ould Daddah. De nombreuses révolutions de palais se sont succédé jusqu'à l'élection en 2007 d'un Président civil Sidi Ould Cheikh Abdallahi. Ce dernier sera à son tour renversé en 2OO8 par l'actuel Chef de l'Etat, Mohamed Ould Abdel Aziz.

Défis

 

L’analyse et la triangulation des informations recueillies dans le cadre des consultations thématiques, post 2015, des enquêtes participatives régionales, des consultations avec les institutions et des ateliers interrégionaux convergent vers l’identification d’un certain nombre de défis fondamentaux qui se posent à la Mauritanie.

 

La synthèse des défis exprimés par les mauritaniens permet de dégager 7 domaines et de les prioriser sur la base des différents outils (consultations avec les institutions, Focus Groupe avec les communautés et entretiens). L’importance de ces défis en termes de perception des mauritaniens fait ressortir la gradation suivante:

 

1- Le défi du développement du capital humain notamment l’éducation, la santé et l’accès à l’eau potable, la promotion féminine.

 

2- Le défi de la gouvernance dans ses différentes dimensions : Etat de droit, indépendance de la justice, droits de l’homme, enracinement de la démocratie, alternance pacifique du pouvoir, gouvernance économique et promotion des OSC.

 

3- Le défi de la réduction de la pauvreté y compris la lutte contre l’exclusion des groupes vulnérables, la valorisation du potentiel agropastoral, la sécurité alimentaire et la protection sociale.

 

4- Le défi de la cohésion sociale et de la citoyenneté.

 

5- Le défi de l’économie en termes de croissance : de diversification, de compétitivité, de gestion des ressources, des secteurs pêche, mines.

 

6- Le défi de l’emploi et du développement de la jeunesse.

 

7- Le défi du développement durable et de la protection de l’environnement.

Résultats

 

Depuis trois années, la Mauritanie mène une politique d’assainissement des finances  publiques qui a conduit à une réduction significative des dépenses de fonctionnement. Cette politique a permis une augmentation des dépenses d’investissement  de plus 150% entre 2008 et 2012, au bénéfice du secteur des infrastructures notamment la construction des routes et l’accès à l’énergie.

 

Dans le domaine de la lutte contre la pauvreté,  le gouvernement a mis en place Une agence de promotion des caisses populaires d’épargne et de crédit (Procapec) qui est présente dans toutes les capitales régionales du pays et tout récemment, en 2013, une agence sur la lutte contre la pauvreté et les séquelles de l’esclavage.

 

Dans le domaine de l’environnement, nous pouvons citer la validation du Plan d’Action nationale pour l’environnement (PANE) qui détermine les actions stratégiques à mener dans ce secteur pour un développement durable. C’est dans ce cadre que s’inscrit la construction d’une centrale électrique photovoltaïque d’une puissance de 15 mégawatts.

Selon les spécialistes, la construction de cette centrale et d’une autre de type éolien permettront au pays de couvrir l’ensemble de ces besoins en matière énergétique et même d’exporter le surplus vers les pays voisins. Déjà, une convention a été signée avec le gouvernement sénégalais pour la fourniture d’électricité à partir de 2015.

 

Dans le domaine de la gouvernance, le gouvernement procède souvent à une discrimination positive à l’égard des femmes notamment dans le recrutement des cadres supérieurs de la fonction publiques et au plan politique avec l’adoption de la Loi sur le quota aux postes électifs en 2006 et la mise en place d’une liste nationale composée exclusivement de femmes lors des élections législatives de 2013. Les femmes représentent actuellement 19% à l’Assemblée nationale et 30% dans les conseils municipaux.